Dehybridization

L’idée de « déhybridation » (« dehybridization ») a été défendue par Michael Cotta-Schønberg l’année dernière (Drivers and directions of academic library development 2005: Paper presented to the continental section of the EBSLG, at its annual meeting in Paris, April 2005). Dans son esprit, et conformément à la première conception de la notion de bibliothèque hybride comme stade transitoire, il s’agit de passer à l’étape finale de la bibliothèque toute numérique. Ce radicalisme, qui a sans doute du sens pour les bibliothèques ou les centres de documentation spécialisés, et de façon générale l’idée que la bibliothèque hybride est une réalité transitoire, a été contestée (cf. Pinfield, S. et al. Realizing the hybrid library. D-Lib Magazine. October 1998). Ici je pense la « déhybridation » de manière différente, quoiqu’apparentée, comme distinction des fonctions et logiques propres de la bibliothèque traditionnelle d’une part, et des réservoirs documentaires numériques d’autre part.


No Responses Yet to “Dehybridization”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s