Nicholas Carr sur la veille et la surcharge informationnelle

08Mar11

Hier dans Rough Type, N. Carr s’en prend à un aphorisme de Clay Shirky:

« It’s not information overload. It’s filter failure. » / « Ce n’est pas une surcharge d’informations, c’est une défaillance des filtres. »
(l’idée, donc, que la réponse au problème de la surcharge d’informations est dans l’amélioration des filtres)

pour la retourner:

« Better filters don’t mitigate information overload; they intensify it. It would be more accurate to say: « It’s not information overload. It’s filter success. » »/ « De meilleurs filtres n’atténuent pas la surcharge, ils l’intensifient. Il serait plus pertinent de dire: « Ce n’est pas une surcharge d’informations, c’est un succès des filtres. » » [1]

Pour défendre sa thèse Carr pose une distinction entre « situational overload » et « ambient overload ».

La surcharge « situationnelle », c’est en gros ce qu’on appelle le bruit, le problème de l’aiguille dans la botte de foin, dit Carr. Et les outils, filtres en particulier, sont ici efficaces.

Au contraire de la surcharge « environnementale ». Ici ce n’est plus de l’information (l’aiguille) définie a priori que nous allons chercher sur le réseau mais à l’inverse de l’information qui vient vers nous depuis le réseau (push vs. pull), par le biais des flux de syndication notamment, mais aussi des alertes, des lettres d’informations, etc., des outils de veille en général.

Dans ce cas, dit Carr, plus le filtre est efficace, ie plus il est à même de sélectionner pour moi des informations pertinentes, plus il ajoute à ma surcharge d’informations.

Alors que je me prépare à aller donner une formation sur la veille et la syndication aux doctorants du campus LSH, tout ça me résonne de façon un peu préoccupante et je me dis qu’il serait bien que j’essaie, pour moi au moins, de formaliser la façon dont je bricole pour faire avec ce problème de la surcharge d’information pertinente, sur le modèle de ce que vient de faire Thomas Chaimbault sur Vagabondages, qui articule bien dans le dispositif outils de veille, réseaux sociaux et outils de mémorisation.

La piste est peut-être du côté pointé par un commentaire du billet de Carr: pour lui le problème est que les filtres s’occupent surtout d’éliminer ce qui n’est pas pertinent (le foin) au lieu de se focaliser sur le pertinent (l’aiguille).

De fait l’utilisation la plus indiscutablement efficace de la syndication est dans l’utilisation des flux construits sur une recherche, dans une base de données, comme il est possible sur Science Direct ou sur PubMed, ou depuis les outils Google (Google Alerts). Je ne réduis cependant pas mes abonnements GR à de tels fils « sur mesure »… Je crois que si je voulais décrire ma pratique, je dirais qu’elle vise, bien imparfaitement, une sorte de sérendipité « encadrée ».

Rough Type: Nicholas Carr’s Blog: Situational overload and ambient overload
http://www.roughtype.com/archives/2011/03/situational_ove.php 

  • « It’s not information overload. It’s filter failure. »
  • Clay Shirky
  • 2008.
  • Better filters don’t mitigate information overload; they intensify it. It would be more accurate to say: « It’s not information overload. It’s filter success. »
  • Information overload actually takes two forms, which I’ll call situational overload and ambient overload, and they need to be treated separately.
  • Situational overload is the needle-in-the-haystack problem
  • even though the amount of information available to us has exploded in recent years, the problem of situational overload has continued to abate
  • Ambient overload doesn’t involve needles in haystacks. It involves haystack-sized piles of needles
  • We keep clicking links, keep hitting the refresh key, keep opening new tabs, keep checking email in-boxes and RSS feeds, keep scanning Amazon and Netflix recommendations – and yet the pile of interesting information never shrinks
  • The real source of information overload, at least of the ambient sort, is the stuff we like, the stuff we want. And as filters get better, that’s exactly the stuff we get more of.
  • precisely because the information is of interest to us, we feel pressure to attend to it. As a result, our sense of overload increases
  • When the amount of information available to be filtered is effectively unlimited, as is the case on the Net, then every improvement in the quality of filters will make information overload worse.
  • Jane Jacobs makes the same point about streets and traffic congestion. Keep building more bigger and better streets, and more cars will come.

1. La conclusion de son billet prend la forme d’un théorème: « Lorsque la quantité d’informations disponible à filtrer est effectivement illimitée, comme c’est le cas sur le net, alors chaque amélioration dans la qualité des filtres rendra la surcharge d’informations pire. »Le théorème est discutable, d’abord parce que la quantité d’informations disponible n’est pas illimitée, non seulement théoriquement mais pratiquement: il suffit d’avoir cherché quelque chose de précis pour s’en rendre compte et aujourd’hui encore je trouve sur papier des informations pertinentes qui ne sont pas sur le net.



4 Responses to “Nicholas Carr sur la veille et la surcharge informationnelle”

  1. 1 Silvae

    Un peu de mal à comprendre le raisonnement de Carr : un filtre est effectivement une démarche et une sélection de sources qui provoque une sérendipité balisée par des centres d’intérêts. La surcharge peut venir du fait que la sélection est trop large ou pas assez bien faite. La démarche est différente de la recherche documentaire pour laquelle on a pas besoin de filtres mais d’outils ou d’accompagnement. Ils n’ont donc pas à être efficaces ou pas. Les objectifs ne sont pas les mêmes. Opposer filtr au sens de veille et recherhce documentaire est pour moi vraiment étrange.

    • 2 MRG

      Oui, en faisant ce billet je me suis posé la question de la notion de filtre pour la recherche documentaire (où il me semble qu’elle n’intervient que de manière marginale: « and not »). Je crois qu’il faut comprendre « filtre » ici de façon large comme désignant tous les dispositifs de sélection.


  1. 1 A lire ailleurs du 07/03/2011 au 14/03/2011 | traffic-internet.net
  2. 2 InfoDocBib – Le blog » Blog Archive » Le sens de ce blog : une veille moins geek que pragmatique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s