Mai 68 liquidé par ses intellectuels, même?

20Déc07

Critique de la raison universitaire – La vie des idées

Recension par Thierry Pech d’un ouvrage critique de G. de Lagasnerie qui se penche sur le paradoxe de voir, dans les années 70 de grands intellectuels « hérétiques » (Derrida, Foucault, Deleuze et Bourdieu) se faire les défenseurs de l’académisme universitaire qu’ils avaient radicalement critiqué, et dont ils avaient souffert, contre le système médiatico-journalistique.

On pourrait transposer l’interrogation aujourd’hui, avec ce déplacement que contre le désordre et l’illégitimité de l’expression sur le web (Wikipedia, blogues…), les défenseurs de l’académisme universitaire se voient rejoints par les tenants du professionnalisme journalistique.

Voir sur ce sujet l’article d’Esprit cité mardi dans ma revue web qui veut croire à une évolution « optimiste » du web, c’est-à-dire par une reprise en main de l’autorité sur le web par les instances classiques de validation et qui donne comme exemple d’auto-régulation (?) salutaire le processus éditorial (très peu 2.0) de la Vie des Idées, justement.

Critique de la raison universitaire – La vie des idées Annotated

L’opuscule de Geoffroy de Lagasnerie part d’un paradoxe où l’on est tenté de voir une contradiction : les mêmes intellectuels – Jacques Derrida, Michel Foucault, Gilles Deleuze et Pierre Bourdieu en l’occurrence – qui firent le procès de l’académisme universitaire et de son caractère « conservateur et répressif » dans les années 1960 et au début des années 1970, se révélèrent, à partir de la fin des années 1970, les plus rudes adversaires du système médiatique, et ce au nom du savoir et de l’institution universitaires.

Deux dates semblent jouer un rôle moteur dans ce revirement : 1975 et 1976. 1975, c’est la naissance de l’émission de télévision Apostrophes qui va s’imposer rapidement comme le lieu où se font les réputations et les succès éditoriaux ; 1976, c’est la naissance des « nouveaux philosophes » dont la notoriété se construit presque entièrement dans la presse.

Il s’agit de réagir à une conjoncture qui menace leur situation acquise, car la nouvelle « capacité des médias à incarner un pouvoir alternatif de consécration » est « susceptible de produire un brouillage très puissant des hiérarchies intellectuelles ». « N’est-ce pas une sorte d’habitus intellectuel commun, confronté à un changement radical de l’ordre culturel, qui s’est exprimé dans leurs analyses (…) ? » Bref, Bourdieu, Derrida, Deleuze et Foucault auraient voulu réaffirmer leur monopole sur les choses intellectuelles et défendre une rente chèrement acquise.

c’est bien souvent par une sorte de fidélité à leurs idées premières que G. de Lagasnerie s’en prend au cantonnement universitaire dont Foucault, Deleuze, Derrida et Bourdieu se firent les champions. Il fait fonctionner leurs œuvres comme une machine de guerre contre l’apologie des normes du champ académique et réveillent contre leurs auteurs toute l’énergie critique qu’elles contiennent.

La réflexion de G. de Lagasnerie ne sacrifie cependant jamais à une forme de romantisme de la création libre et inspirée contre les diktats de l’institution. Elle invite au contraire à « penser relationnellement », à observer ce qui se joue à la frontière des « champs », quitte à faire exploser les barrières qui séparent le monde savant du monde profane. Si l’on veut critiquer ce cheminement, ce n’est pas la « communauté scientifique » qu’il faut défendre contre la « communauté des hérétiques », mais l’appareil argumentatif qu’il emprunte si habilement à ses figures maîtresses et singulièrement à Bourdieu.



8 Responses to “Mai 68 liquidé par ses intellectuels, même?”

  1. 1 ateliersvh

    Ton article me ravit. Tu sais que je considère la question comme l’un des grands mystères du 20e siècle.
    Encore n’est-il pas question de l’enseignement élémentaire. Pourquoi les grands intellectuels contestataires ne se sont jamais soucié de l’école? Pourquoi cette situation perdure-t-elle?
    Imagine-t-on un débat entre Derrida, Foucault et Lacan qui aurait porté sur la rigidité et la surcharge des programmes de l’école élémentaire, sur la disposition du lieu qui contraint à la position assise, sur le système d’évaluation, sur le principe du cursus? Et encore aujourd’hui…

  2. 2 ateliersvh

    J’ajoute que si Wittgenstein n’était pas mort trop tôt, peut-être aurait-il entraîné ses ‘collègues’ dans le débat… Lui, oui…

  3. 3 MRG

    Ce n’est pas vraiment un mystère. L’article explique la chose en termes bourdivins: défense d’un capital statutaire acquis. On peut contester l’explication ou du moins la nuancer. Le parallèle avec la situation actuelle pousse à voir dans le revirement des 4 intellectuels visés non seulement la défense d’intérêts particulier mais, devant un phénomène nouveau, une défense de valeurs qui faisaient n’étaient pas contestées dans le combat précédent. Bref un phénomène typiquement idéologique.
    Je le dis un peu vite, tant pis.
    Autre chose: l’allusion à la liquidation est pour dire que le discours binaire appelant à la liquidation de mai 68 est une mystification. De quoi parle-t-on, de la subversion 68arde des valeurs académiques ou de la position acquise par la génération 68 au coeur de l’académisme?

  4. 4 ateliersvh

    Je n’ai pas pu écouter le débat ce matin… Mais je pense que la défiance à l’égard de toute forme d’autorité dans le milieu de l’enseignement n’est pas le fait de 68, mais d’un anarcho-syndicalisme bien plus ancien (remontant au pacifisme). L’esprit de 68 (étudiant, non-CGT) est celui d’une revendication hyper-démocratique dont nous sommes toujours les héritiers.

  5. 5 sabine Jauffret

    40 ans après, que nous reste-t-il de mai 68 ?

    Nicolas Sarkozy, dans un discours prononcé le 29 avril à Bercy, veut tourner la page de mai 68. Quelques extraits :

    «La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler […]. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au coeur d’une campagne présidentielle.»
    « Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid […]. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître […], proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit. »
    Plus loin, à propos des dérives du capitalisme financier, il ose :
    « Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique. Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portées par les valeurs de mai 68 ».

    A l’opposé Gérard Filoche, qui fut un acteur de mai 68 (quand Sarkozy, lui, n’avait que 13 ans), lui rétorque par un livre dont le titre annonce la couleur :

    « Mai 68, Histoire sans fin. Liquider mai 68 ? Même pas en rêve ! »

    «Que de haine contre le plus grand mouvement de grève de l’Histoire de France !
    Il y eut deux mai 68. L’un : superficiel, mondain, marginal; l’autre: social, révolutionnaire, solidaire… Sarkozy a fait « l’ouverture » avec le mai 68 mondain (Kouchner) dans son gouvernement de contre-révolution conservatrice. Son but ? Battre les héritiers du vrai mai 68, celui des employés et ouvriers qui continuent à lutter pour une autre répartition des richesses, pour le droit au travail, les salaires et les retraites. »

    Et vous ? Que défendrez-vous de cette époque pas si lointaine qui n’est toujours pas enseignée dans les cours d’Histoire de France ?

    Nous vous proposons de participer à la constitution d’une exposition d’art postal, qui présentera vos positions, vos réflexions, vos témoignages, votre vision de cet évènement qui ne fut pas seulement Français et pas essentiellement étudiant. Vos textes seront lus, enregistrés et passés en boucle sur l’expo.
    Parce que Mai 68 fut aussi un tourbillon créatif, envoyez-nous votre enveloppe décorée, colorée, lumineuse, éclatante de vie, qui illustre où complète votre propos. A vos pinceaux, collages, photos, gravures, crayons … Pas de format interdit ni imposé (objets postaux acceptés). Pas de jury, pas de sélection. Toutes les enveloppes seront exposées. Pas d’hésitations, TOUT PASSE A LA POSTE.
    Un petit mot sur l’art postal :
    Il sort momentanément l’art des galeries et des musées. Dans ces expositions se côtoient des oeuvres d’artistes connus mais qui restent ici anonymes et des oeuvres de débutants, parfois de sérieuses surprises.
    Il est basé sur l’échange et le don, il coûte la même chose à tous : de la créativité, un peu (ou beaucoup) de temps, 2 connections de neurones, et le tarif du timbre en vigueur.
    Il respecte certaines des conditions d’une réelle communication : liberté d’expression, plaisir de donner et de recevoir ; prendre le temps de concevoir, et celui de répondre, parler « de sa place » en s’exprimant à partir d’une préoccupation ou d’un thème abordés collectivement …Il permet à certains de reprendre le chemin de l’écriture et restaure le plaisir d’ouvrir sa boîte à lettres. Et pour finir, la plupart de ces enveloppes ne passent pas dans les machines à oblitérer (pas conformes !). Plus il y en aura, plus il faudra de monde au tri !!! Pas de petites résistances ni d’utopies inutiles.

    Date limite d’envoi de vos travaux : 15 avril 2008.
    Adresse d’envoi : Mouvement Politique d’Education Populaire – La Vigarié – 81340 Saint-Cirgue.

    Pour une analyse un peu originale du sujet vous pouvez consulter le lien suivant : http://www.gfen.asso.fr/documentligne/mai68.htm#15txt
    et/ou lire l’ouvrage de l’historienne états-unienne Kristin Ross « Mai 68 et ses vies ultérieures ». Complexe -Monde diplomatique, 2005.
    Pour une découverte rapide de ce qu’est l’art postal vous pouvez également consulter ce lien : http://www.avenirdattac.net/spip.php?article228

  6. !
    I’ve got an account here.
    I really like the environment here. Great job by the boss and mods and every member around.
    I found some article about erectile drugs in it, till now I was sometimes taking the well known viagra pill, but recently I feel bad with it, should I try something else?
    http://healthdistrict.redemperador.com/

    Good day everyone


  1. 1 Broadcast: Mai 68 « bibliothécaire
  2. 2 L’Empire de l’Université (France Culture) « bibliothécaire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s