en vrac sur diigo 12/18/2007: JY Mérindol, wifi en bibliothèques et le web de la réflexion (!)

18Déc07

France Culture: L’internet sans fil est-il nuisible ? Annotated

Maux de tête et vertiges inexpliqués, voilà ce qu’ont ressenti plusieurs personnes travaillant dans bibliothèques parisiennes récemment connectées à l’internet sans fil. Des maux si douloureux que certaines ont même exercé leur droit de retrait. Les équipes de Bertrand Delanoë ont donc décidé, entre octobre et novembre, de désactiver les bornes Wi-Fi dans les six bibliothèques où ces agents se plaignaient. Entre-temps, le Comité hygiène et sécurité (CHS) de la direction des affaires culturelles de la ville de Paris a été saisi de l’affaire et elle a voté, fin novembre, le principe d’un moratoire sur l’installation de bornes Wi-Fi dans les bibliothèques.

Jean Yves Merindol.
Conseiller au cabinet du Maire de Paris pour les questions nouvelles technologies

Revue ESPRIT – Strasbourg, l’exemple d’une fusion universitaire Annotated

MERINDOL Jean-Yves

En présentant l’histoire de Strasbourg, une ville où la rivalité entre protestants et catholiques puis l’organisation à l’allemande ont donné de fortes particularités au monde universitaire, on comprend pourquoi la perspective de la fusion apparaît comme une étape nécessaire dans la dynamique locale de l’enseignement supérieur.

Blogs, wikis, paroles d’experts : les évolutions du Web 2.0 Annotated

Alice Béja

Le sérieux des articles de l’encyclopédie libre Wikipedia a souvent été mis en doute et l’on a accusé les créateurs de cet outil de ne pas suffisamment contrôler les contenus qui y figuraient. De même, les auteurs de blogs ont été attaqués sur leur légitimité, et sur l’ambiguïté de leur statut, entre parole privée et parole publique.
Aujourd’hui, on assiste à une auto-régulation du Web dans ces domaines, guidée par différents facteurs. D’une part, la volonté de revenir aux sources à travers la mise en place de projets tels que Google Books, Gutenberg ou le projet Gallica de la Bibliothèque Nationale de France. Le but de telles iatives est de revenir aux textes bruts, afin que chacun ait accès à des documents auparavant réservés aux spécialistes, et puisse ainsi mettre en commun un savoir légitimé par la référence.

La plus connue actuellement est sans doute Facebook, outil de développement de réseaux personnels et professionnels, qui a en outre comme particularité (inquiétante?) de n’exister, du moins pour l’instant, qu’en version anglaise (contrairement à d’autres, tels MySpace).

On a par exemple assisté au mois d’octobre au lancement de laviedesidees.com, le site de la république des idées de Pierre Rosanvallon qui a remplacé la revue du même nom. L’institution qu’est le Collège de France s’invite ainsi sur la toile à travers ceux de ses membres qui participent à ce projet. Le site est de facture assez classique, mais il offre la possibilité de réagir aux articles ; non pas, sur le modèle des blogs ou des sites de journaux, en un simple clic, mais à travers l’envoi d’une réaction argumentée et développée, dont un modérateur se charge ensuite de décider si oui ou non elle sera publiée.
Après le web de l’information et le web de l’émotion, en serait-on arrivés (enfin?) au web de la réflexion?



2 Responses to “en vrac sur diigo 12/18/2007: JY Mérindol, wifi en bibliothèques et le web de la réflexion (!)”


  1. 1 Mai 68 liquidé par ses intellectuels, même? « bibliothécaire
  2. 2 Notre mémoire externalisée « bibliothécaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s