Kindle encore, Illich, Facebook, toujours, etc. (en vrac sur diigo 11/21/2007)

21Nov07

Le buzz Kindle continue. D’un côté, le e-reader est l’occasion de poursuivre la réflexion sur les modes de lecture et la mutation médiologique entrainée par le numérique (voir par exemple l’échange entre Kevin Kelly et Nicholas Carr), à l’autre bout l’évaluation technique de l’objet Kindle, ses points forts et ses points faibles (dernière arrivée, celle de CNET). Entre les deux, la réaction de Francis Pisani qui a reçu son Kindle hier soir et qui nous apprend que, contrairement à ce qui était annoncé ici ou là, il peut y lire ses fichiers .pdf et même les annoter, ce qui change bien des choses.

Amazon Kindle E-Book reader reviews – CNET Reviews Annotated

The bottom line: With its free built-in wireless capabilities and PC-free operation, Amazon’s Kindle holds a distinct advantage over Sony’s Reader and is a promising evolution of the electronic book–but Amazon needs to bring down the pricing for both the device and the content to attract a wider audience.

Transnets » Blog Archive » Mon Kindle est arrivé Annotated

La meilleure surprise est le fait que je peux lire les documents (y compris les PDF… et je peux les annoter) que je me suis envoyé par courriel.

Et maintenant – n’oubliez pas que quand il est 7h du matin en France il est 10h du soir en Californie – je vais l’essayer au lit. La seule preuve qui compte puisque je lis tous les soirs avant de m’endormir…

Sony – Reader

Amazon.com: Kindle: Amazon’s New Wireless Reading Device: Kindle Store Annotated

« This is the future of book reading. It will be everywhere. » Michael Lewis, author of Moneyball and Liar’s Poker.

MVNO – Mobile Virtual Network Operator Annotated

Mobile Virtual Network Operator
Opérateur de téléphonie mobile qui ne possède pas de spectre de fréquence propre, et généralement pas non plus d’infrastructure de télécommunication. Il se contente d’acheter des minutes de téléphonie (MOU pour minute of use) à des opérateurs traditionnels qu’il revend ensuite à ses clients.
C’est le statut, en France, de Debitel (premier entrant), Breizh Mobile, Tele2, Neuf Cegetel, NRJ Mobile, Futur Telecom et Coriolis. Ces entreprises, qui ne possèdent pas d’infrastructure de télécommunication, achètent des minutes de téléphonie à des opérateurs traditionnels pour les revendre ensuite à leurs clients. Pour le moment, seuls Orange et SFR ont signé de tels accords, avec Tele2 et Breizh Mobile pour le premier, et les autres MVNO pour le second. Un marché tout jeune, puisque hormis Debitel et Breizh Mobile, tous les MVNO se sont lancés en 2005.
Le marché attire d’ailleurs encore de nouveaux acteurs, puisqu’il est prévu que Virgin Mobile arrive sur le marché français en 2006, ayant déjà signé avec Orange.

Amazon.com: Digital Text Platform: Sign In Annotated

Digital Text Platform is a fast and easy self-publishing tool that lets you upload and format your books for sale in the Kindle Store.

CONNECT – eBooks – Home

MoveOn.org Civic Action: Facebook must respect privacy Annotated

A lot of us love Facebook–it’s helping to revolutionize the way we connect with each other. But they need to take privacy seriously.

Facebook To Drop ‘Is’ From Status Updates Annotated

A group to petition Facebook to drop the « is » gained over 163,000 members — much more than the majority of Facebook groups — and today is proclaiming victory based on the platform update.

mikiane.com

Research Paper – Facebook — faberNovel Annotated

faberNovel Consulting publie une étude sur le réseau en ligne Facebook : la révolution du « média social » pour une vraie conversation sur Internet

The Future of Electronic Paper – TFOT Annotated

A: I like to tell people that the holy grail of e-paper will be embodied as a cylindrical tube, about 1 centimeter in diameter and 15 to 20 centimeters long, that a person can comfortably carry in his or her pocket. The tube will contain a tightly rolled sheet of e-paper that can be spooled out of a slit in the tube as a flat sheet, for reading, and stored again at the touch of a button. Information will be downloaded—there will be simple user interface—from an overhead satellite, a cell phone network, or an internal memory chip. This document reader will be used for e-mail, the Internet, books downloaded from a global digital library that is currently under construction, technical manuals, newspapers (perhaps in larger format), magazines, and so forth, anywhere on the planet. It will cost less than $100, and nearly everyone will have one!

01net. – Avec Alfresco, Facebook se dote d’une gestion documentaire Annotated

Désormais, les entreprises qui disposent d’un système documentaire Alfresco pourront étendre sur Facebook un certain nombre de leurs fonctions.
« Le principe est d’établir un pont qui permet à un
groupe d’utilisateurs sur Facebook d’accéder à l’espace documentaire de l’entreprise »,

explique Michaël Harlaut, ingénieur solutions chez Alfresco.

Les frontières entre personnel et professionnel s’estompent

Si la faisabilité technique est démontrée, on peut néanmoins s’interroger sur la pertinence d’une telle alliance. Le réseau social Facebook est plutôt orienté grand public, comme le montre sa stratégie commerciale, basée sur la publicité. Pourquoi une entreprise qui dispose déjà d’un système de gestion de contenu voudrait-elle s’étendre sur Facebook ?
« Les entreprises s’y intéressent, car l’utilisation des réseaux sociaux est de plus en plus large. Les frontières traditionnelles entre personnel et professionnel s’effacent, tout particulièrement dans notre domaine, qui est celui de la collaboration et de la gestion de contenus », explique Denis Dorval, vice-président EMEA d’Alfresco.

FredCavazza.net » E-book + iPod Touch = Amazon Kindle Annotated

Et c’est bien là où ce produit est révolutionnaire : il élimine deux sources de problèmes (l’ordinateur et les opérateurs de téléphonie). Comprenez par là que dès lors où vous devez relier un terminal à votre ordinateur, tout se complique : problème de synchronisation, logiciels à installer et paramétrer, conflits… De même, dès que vous commencez à vouloir exploiter le réseau de téléphonie mobile, les opérateurs vous tombent dessus avec leurs histoires d’abonnements, de paiement à la minute…

Amazon a donc opté pour une expérience radicalement différente en rendant transparente la connexion de son terminal à l’internet. Tout ce fait par l’intermédiaire de Wispernet, la technologie d’Amazon qui repose sur le réseau haut-débit de Sprint. Vous noterez au passage qu’Amazon devient donc un MVNO verticalisé.

Cette approche transparente de l’utilisation du réseau de téléphonie mobile (pas de forfait, tout est inclus dans le prix du livre) est une petite révolution.

CC science fiction novel on the iPhone – Boing Boing Annotated

Josh sez, « I wrote a sci-fi novel called « Roo’d » and released it under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-Share Alike 3.0 License. Even cooler, it was chosen for release for the eBook reader for the iPhone – the first modern novel released for the platform, and the second available after Tarzan.

Free book on iTunes — The Millionaires – Boing Boing Annotated

Sometimes, iTunes gives away songs, TV shows, and audiobooks. Right now, you can get Brad Meltzer’s The Millionaires for free.

iphoneebooks – Google Code

Rough Type: Nicholas Carr’s Blog: The Luddite dream of Jeff Bezos Annotated

It’s this decidedly old-fashioned experience – this pre-Web experience – that Bezos says he sought to replicate with Kindle, Amazon’s pricey new ebook. No reading-by-committee. No the-crowd-is-the-author rigmarole. No comments from the always-on peanut gallery. No text-as-runny-liquid-fabric. No social network. Just one reader alone with one book by one author:

Adam Smith, head of Google Book Search, looks forward to « getting rid of the idea that a book is a [closed] container. »

Not quite a quiet read in a comfy chair. Not quite an immersion into an author’s world. More like a buffoonish trampling of it.

But Kelly and his fellow-travelers are wrong, and Bezos is right. The only thing that will keep books great is respect for the individual author, the individual reader, and the sanctity of the book as a closed container. When that respect goes, the book goes with it.

Conceptual Trends and Current Topics Annotated

The key revolutionary trait in the Kindle, however, is its wireless connection. The frequency of connection is neither local wifi or bluetooth, but cellular — which means you can be online anywhere you can get a cellular signal (and you are off the net whereever there ain’t a signal.) As a result of this connection the book is always on. As Jeff Bezos says, it turns the book into « a service, not a device. »

the book’s shift from noun to verb

The only question for me is, do I want to carry around another device? The immediate answer for me is: NO.

Transnets » Blog Archive » Livre 2.0: débat et passions Annotated

“J’adore me poser sur un fauteuil confortable pour une longue lecture. A mesure que je me relaxe sur le fauteuil je me détends également dans les mots, les histoires et les idées de l’auteur. Le livre physique est un objet si élégant qu’il s’estompe à l’arrière-plan. Le papier, la colle, l’encre et les coutures qui font le livres disparaissent et ce qui reste est l’univers de l’auteur.”

The Future of Reading (A Play in Six Acts) [dive into mark]

La résistance selon Ivan Illich, par Thierry Paquot (Le Monde diplomatique) Annotated

Derrière des constats trop vite simplifiés par ses supporteurs, comme « l’école déscolarise », « l’hôpital rend malade », « la voiture entrave la circulation », on trouve une remarquable critique du « progrès » et de ce qui le légitime, la satisfaction des prétendus « besoins (4) ». Ivan Illich refuse l’angle d’attaque des membres du Club de Rome qui, en 1972, invitent les dirigeants à arrêter la croissance afin de retarder la pénurie des matières premières et de réduire le gaspillage des réserves énergétiques. Il ne croit aucunement en une quelconque « protection de la nature » et dénonce le déploiement inconsidéré des techniques ainsi que l’économie politique du développement, que des auteurs comme René Passet et Serge Latouche vont reprendre et approfondir. Ces livres sont à lire ensemble, tant ils appartiennent au même projet : la libération totale de la singularité de chaque individu – quels que soient sa culture, ses revenus, sa place dans le système productif, etc.

Ces ouvrages, trop vite lus, irritent les tiers-mondistes, pour qui le « travail fantôme » ne valorise pas les « pauvres » tributaires du « secteur informel », et les féministes, qui refusent le différentialisme des genres d’Illich et militent pour une égalité juridique et économique homme/femme. Quant à ses dernières recherches sur l’oral, l’écrit et l’image, elles passeront inaperçues.

Le spectacle du roman Annotated

Le second chapitre de l’ouvrage s’intitule  » Le spectacle du roman « . Il oppose le  » caractère choral et oral  » que Marc Fumaroli avait pointé comme  » l’un des principes fondamentaux de La comédie humaine  » à la visualité qui domine le roman flaubertien. L’auteur s’appuie sur les travaux de Roger Chartier et sur ceux, non traduits, de Walter J. Ong pour rapporter la visibilité du monde fictionnel à celle de la page imprimée. Lorsque s’éteint la pratique de la lecture à haute voix, la page imprimée abandonne son statut de partition pour devenir une sorte de hublot à la surface duquel s’impriment des fantasmes. Désormais,  » Relevant d’une lecture intime, non-orale […], le roman déf un rapport à l’oeuvre privé et personnel, parfois secret et clandestin si l’on pense à la mauvaise réputation qu’a longtemps connue le genre  » (p. 59).

I. Daunais nous montre, mais sans s’y arrêter, qu’il est possible de rendre compte de certaines composantes essentielles de l’esthétique romanesque à partir de l’avènement de ce que Jack Goody nous a appris à désigner comme  » raison graphique « . Sans quitter le XIXe siècle, elle nous aide à concevoir de quelle manière une rupture a pu se produire dans l’histoire de la fiction, analogue et à peu près contemporaine de celle qu’Ivan Illich décrit au passage de la lecture monastique à la lecture scolastique. Mais l’analyse formelle esquissée ici devra être poursuivie, peut-être indépendamment des considérations anthropologiques induites par une problématique du personnage. Que nous ne sachions guère mieux qu’Aristote expliquer (ou justifier ?) le sombre attrait qu’exerce sur nous la mimésis ne doit pas nous empêcher d’en admettre le fait et d’en décrire les mécanismes.

interdisciplines : The Future of Web Publishing : Lorsque les écrits de réseaux cristallisent la mémoire des outils, des médias et des pratiques Annotated

Nous savons que le passage de l’oral à l’écrit s’est notamment traduit dans notre société par un phénomène de sémiotisation visuelle de la pratique à travers l’espace de la page. Autrement dit, si je reprends les travaux d’Illich sur Le Didascalicon ou L’Art de lire de Hugues de Saint Victor qui sont exemplaires en la matière, nous assistons dans l’Occident médiéval, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, à la deuxième révolution fondamentale du livre; la première étant liée au passage du volumen au codex.

Bryn Mawr Classical Review 97.9.23 Annotated

Jacob argues, « the library forged a new way of seeing on the part of the reader, distanced, attentive to style, to literalness, to the very readability of the work. » (62) Ivan Illich’s text-centered culture has its roots in the Alexandrian project.

Du lisible au visible CHAPITRE 6 Annotated

Au-delà de son souci de la mise en page, Pierre Lombard est également conscient – que l’acte de lire s’insère dans un nouveau rapport au temps. Il veut alléger le fardeau de l’étudiant et rendre sa lecture plus rapide. Pour réduire la nécessité de feuilleter longuement les pages, il donne des titres de chapitres qui permettent au lecteur de trouver immédiatement ce qu’il cherche. Il dispose ses sententiae de manière telle que  » celui qui_cherche n’ait pas besoin de tourner les pages de nombreux volumes, mais qu’il puisse trouver rapidement et sans effort ce qui l’intéresse « . Hugues insiste sur la patience, il demande que l’on savoure à loisir ce que l’on peut trouver dans la page. Pierre, lui, veut aider au maximum son élève à repérer facilement et vite le passage qu’il veut lire dans le livre.

La lecture scolastique qu’invente la génération de Pierre Lombard fait contraste avec l’approche monastique d’un Bemard de Clairvaux, qui appelle ses moines à s’engager dans le dur labeur de  » découvrir à grand-peine les délices cachées de l’Écriture « , et qui les met en garde devant  » toute lassitude qui naîtrait des difficultés prévisibles qu’ils rencontreront dans cette quête « .

The Rosenbach Lectures, 1931-present

LISTSERV 15.0 – SHARP-L Archives Annotated

  • Un des rares commentaires trouvés sur le web qui soient négatifs (faisant état d’une frustration plutôt que d’un désaccord sur le fond). A noter que la demande exprimée de références sur l’histoire des index, etc. n’a pas trouvé de réponse sur la liste.

I suspect there are some works that deal specifically
with these origins; could people provide me directly with references, which I
will summarize for the list?

I found the Illich book disappointing, by the way.

LISTSERV 15.0 – SHARP-L Archives Annotated

« Media theorist Ivan Illich articulated an ideal ‘conviviality’: the notion that it should be as easy to author in a medium as it is to experience works created in it. I think we should keep this ideal at the front of our minds as we build the next generation of computer networks. » (Brenda Laurel, Edutopia 1(1):Winter 93-94, p. 6)

LISTSERV 15.0 – SHARP-L Archives Annotated

My interest in the subject of books and print culture has been guided largely by reading Ivan Illich, whose thinking I have been grappling with for several years now. It was through him that I discovered Ong’s Orality and Literacy, began to think about the effects of the alphabet and printed page, and realized that the what the word « information » now refers to are very modern and unprecedented concepts.

teXtes » Blog Archive » Kindle : les livres électroniques ne se cachent plus Annotated

Francis Pisani ( et Aldus, dans un commentaire de la première version de ce billet auquel manquait cette première défion) nous le rappellent l’apprennent : Le verbe “to kindle” se traduit par “allumer un feu”, “faire éclore un sentiment” ou “attiser un amour”.

Amazon Kindle: meet Amazon’s e-book reader – Engadget Annotated

Oh, come now, like you thought the world’s largest book retailer (online) — which just started peddling digital video under the Unbox brand — wasn’t going to go head to head with Sony’s Reader on an e-book device and service?



No Responses Yet to “Kindle encore, Illich, Facebook, toujours, etc. (en vrac sur diigo 11/21/2007)”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s