Beyond Kindle: le retour du volumen ?

21Nov07

Pour 2012. A lire chez JMS (qui avait fait l’autre jour une intéressante apologie du codex – voir citation ici):

J’aime proclamer que le Saint Graal du papier électronique sera contenu dans un tube cylindrique d’environ un centimètre de diamètre et de 15 à 20 centimètres de longueur, qu’une personne pourra porter confortablement dans sa poche. Le tube contiendra une feuille finement roulée de papier électronique qui pourra être tirée à l’extérieur par une fente pour devenir une feuille plane, pour lire et renouveler l’affichage par un bouton. Les informations auront été téléchargées – il y aura une interface simple – d’un satellite, un réseau de cellulaire, ou une puce interne. Ce lecteur de documents sera utilisé pour le courriel, l’internet, les livres téléchargés d’une bibliothèque globale qui se construit actuellement, des manuels techniques, des journaux (peut-être dans un plus grand format), des magasines, et ainsi de suite, n’importe où sur la planète. Il coutera moins de 100$ et presque tout le monde en aura un ! (..)

(Trad. par JMS d’extraits d’une interview de Nick Sheridon, père du papier électronique).

MàJ: Un billet d’Hubert Guillaud sur InternetActu montre que le e-paper a des ambitions plus grandes que d’équiper la surface d’une tablette comme E-Ink sur le Kindle. Et si c’était le livre, équipé d’encre électronique, qui allait manger l’ordinateur? Je me prends à rêver d’un livre (codex) fait de pages électroniques où je pourrais combiner les pratiques de l’ordinateur et celle du livre (un peu dans le prolongement des onglets sur mon navigateur, qui me sont devenus indispensables).

Ci-dessous la vidéo de ScienCentral où l’on peut entre autres voir une préfiguration du volumen évoqué par Nick Sheridon.

Ce qui est amusant ici, c’est que la forme volumen est la forme typique de la lecture linéaire, la forme codex étant généralement considérée comme l’innovation technologique dans la forme du livre qui va accompagner le développement de pratiques d’accès direct à l’information textuelle. Il semble qu’on se trouve ici à fronts renversés, Jean-Michel Salaün voyant dans la forme du codex la promesse d’un temps de lecture (linéaire, donc). Le cylindre évoqué par Nick Sheridon n’est cependant un volumen qu’en apparence: il se tire mais ne se déroule pas. Je me souviens, re-cependant, avoir lu quelque part que les pages html n’en étaient, des pages, que par analogie, qu’à la différence des pages de livres (codex), elles n’étaient pas de longueur fixe et qu’on avait à les dérouler pour les lire, à la manière des rouleaux antiques.



No Responses Yet to “Beyond Kindle: le retour du volumen ?”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s