Facebook, pourquoi et comment (le quitter)

15Nov07

<mise à jour> »Quitter FaceBook (encore)« </mise à jour, 18.02.09>

Ça y est (cf.), Nicolas nous explique pourquoi et comment il a quitté Facebook. A lire jusqu’au bout, jusqu’au commentaire de Paul Poulain qui pourrait, si je l’ai bien compris et s’il n’est pas démenti, déclencher un petit mouvement de panique.

Le pourquoi

Sur le pourquoi, pas grand chose à dire sinon que si je me retrouve parfaitement dans les raisons 2 et 4 (enfermement de Facebook sur lui-même et politique de confidentialité des infos), soient les raisons technico-politiques, je ne me retrouve pas trop dans ses raisons 1 et 3 (ennui et inutilité d’une part, porosité entre le public et le privé d’autre part), raisons psycho-sociologiques, et un peu politiques aussi peut-être, au moins pour la 3.

Quant à la raison 1, je me suis assez peu promené sur Facebook en cherchant quoi y faire. Une fois arrangé l’import d’un contenu géré ailleurs, lorsque j’ai fait quelque chose sur Facebook, ça a été assez peu souvent, plutôt ludique et amusant (« Cities I visited », essais de wiki…). Je m’y promène régulièrement pour jeter un coup d’oeil au lifestreaming, aux traces de la présence web de gens que j’estime, dont j’estime l’intelligence, la vision et éventuellement la stratégie. Globalement, je trouve le bilan temps consacré / bénéfice largement positif. Ce que je regretterais, c’est qu’un grande partie de mon cercle de « friends » se soit dès le début ou assez vite engagés dans Facebook avec réserve, voire réticences et n’aient que peu ou pas du tout installé d’aggrégateurs de contenu.

Quant à la raison 2, je ne dis pas que quant à la porosité je sois tout à fait à l’aise mais ce n’est pas malaise non plus, au contraire, c’est un inconfort que je trouve passionnant: il y a un juste niveau de porosité, qui n’est pas donné d’emblée, qui suppose des essais et des erreurs, voire des bourdes (j’aime bien ce que dit Fred Cavazza des moutons que lui balancent des « friends » qui sont des presque inconnus). Et si je trouve ce type d’expérimentation passionnante, c’est que je crois qu’on est là au coeur (presque envie de dire sur le front) des nouvelles pratiques sociales (y compris professionnelles) induites par le développement du web. C’est du moins ce que j’essaie d’expliquer à mes stagiaires.

Je ne mets pas mon grain de sel sur les 2 autres raisons données par Nicolas, je suis tout à fait d’accord, et pour ces raisons mêmes je suis persuadé que je ne resterai pas éternellement, ni même très longtemps sur Facebook, qu’y être est manière de pratiquer un mode de présence web qui est arrivé à maturité pour les professionnels en attendant un outil qui n’ait pas les défauts de Facebook (il faudra y revenir). Je suis tout à fait d’accord mais je ne pars pas. Si le mouvement se confirme, je ne serai pas dans les premiers à quitter le navire mais je ne resterai certainement pas le dernier. C’est que 1. je n’ai pas encore trouvé l’appli qui remplacerait FB pour les bénéfices que j’y trouve et 2. je ne suis pas très à cran sur la confidentialités des informations que j’ai mises sur FB. Bon mais sur ce second poin, j’ai peut-être tort. C’est ce dont pourrait persuader la seconde partie du billet de Nicolas, la plus originale.

Le comment

Où il apparaît qu’il est en réalité à peu près impossible de se retirer de FB totalement, précisément, il n’est pas possible de détruire un compte, juste de le désactiver, et il reste alors réactivable à tout moment. C’est par une astuce (son côté hacker) que Nicolas a réussi à détruire de fait son compte (pas totalement cependant: le fantôme de Nicolas continue de hanter mon appli « Visual Bookshelf » sous la forme d’un flottant point d’interrogation bleu). Voir dans le billet la procédure.

Cette rétention, cette confiscation d’un contenu personnel est déjà assez choquante en soi. Là où ça devient flippant, c’est lorsque dans un commentaire au billet, Paul Poulain suggère que l’astuce de Nicolas n’a été possible qu’au bénéfice d’un bogue qui devrait être promptement corrigé par FB et que donc cette possibilité, de vraiment quitter Facebook, ne devrait pas durer très longtemps.

Conclusion? Si vous voulez vraiment quitter Facebook sans y laisser votre fantôme pour l’éternité, il faut le faire tout de suite… et tout de suite, c’est peut-être déjà trop tard (comme je m’en moque un peu, je ne suis pas allé vérifier). Je pense en particulier à Jérôme mais de façon plus générale, la lecture du billet de Nicolas et de son commentaire pourrait, devrait, logiquement, déclencher un petit mouvement de panique!

Tous aux canots, les femmes et les enfants d’abord!



18 Responses to “Facebook, pourquoi et comment (le quitter)”

  1. 1 ramel

    je veux quitter FB

  2. 2 lisette laurin

    je veux quitter face book

  3. 3 jean françois jacobj

    utilisé à mauvais essient

  4. 4 Olivier

    L’effacement permanent des informations personelles laissées sur Facebook est tout à fait possible aujour’d’hui.

    Démarche expliquée dans un groupe de Facebook (en anglais)
    http://www.facebook.com/group.php?gid=16929680703

    ou, plus rapidement :
    http://www.facebook.com/help/contact.php?show_form=delete_account

  5. 5 schroetter marie nicole

    je veux quitter facebook merc

  6. 6 schroetter marie nicole

    je veux quitter facebook merci

  7. 7 schroetter marie nicole

    merci de me desinscrire de facebook pour des raisons familiales

  8. 8 MRG

    @schroetter marie nicole:
    procédure de désinscription ici:
    https://bibliothecaire.wordpress.com/2009/02/18/quitter-facebook-encore/

  9. 9 bogaerts

    c est nul facebook

  10. 10 elise

    je veux quitter facebook … vite …

  11. 11 yves

    je veux quiter facebook

  12. 12 Paul-André Picard

    Je veux quitter facebook

  13. 13 masson

    Je souhaite me désinscrire mais je n’y parviens pas.
    Mes amis n’apprécient pas et je les comprends d’être inondés de messages de ma part (site alors que je ne fais rien

  14. 14 radi

    je ne souhaiterais plus avoir affaire à facebook

  15. Je veux quitter Facebook


  1. 1 Facebook: le début de la fin (de la bulle?) « bibliothécaire
  2. 2 “How to” : quitter Facebook? « LK’s blog
  3. 3 Flickr (varia) « bibliothécaire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s