Informal learning

11Juil07

Originally uploaded by gunthert

« Just-in-case » vs. « just-in-time » [traduction après le saut]:

Learning from websites and online discussion groups is very different from the orientation of formal courses, where stress is laid on learning step by step, just in case one needs it later or for the exam. By contrast informal learning is just-in-time and just the amount necessary to put to immediate use.

(Mason, R. & Rennie, F., Using web 2.0 for learning in the community, The Internet and Higher Education (2007), doi: 10.1016/j.iheduc.2007.06.003)

On objectera sans doute que les objectifs de l’enseignement académique ne se limitent pas à dispenser un stock d’informations possiblement utiles (just-in-case) mais que l’exposé structuré et continu vise aussi (surtout) à transmettre une structure, justement, une logique, une explication. Et l’on notera que l’article cité vise plus la formation liée à des objectifs pratiques que l’éducation, voire railler l’importation dans le domaine éducatif de notions empruntées à la gestion de stocks. Ces objections, pertinentes, ne devraient cependant pas être prétexte à évacuer la question et sanctuariser les pratiques existantes. L’apprentissage informel, ludique et/ou pratique suppose aussi l’acquisition (vernaculaire) de structures, de schèmes de compréhension, mais eux-mêmes informels, inexplicités, et qui gagneraient peut-être à l’être. Et puis, comme le souligne l’extrait suivant, l’apprentissage informel est une réalité incontournable, au point que sur les domaines essentiels de la compétence numérique le secteur scolaire est en train de lui céder le terrain (si ce n’est déjà fait).

We can contemplate whether “real” learning happens with Web 2.0 technologies, we can be philosophical about the value of informal learning versus formal learning, we can tout the virtues of “collective wisdom” but in the end…none of that matters. What matters is that kids are already using Web 2.0 technologies comfortably and effectively. If we old folks (over 30) don’t figure out how to effectively use these tools to help the younger generation learn what they need to be successful in our baby boomer-run companies, government agencies and other large organizations then we learning and development folks will be irrelevant. Conducting traditional classroom lectures for these gamers is not going to cut it and neither is our multiple-choice question, e-learning module format.

(Kapp, K (2006) Gadgets, games and gizmos: Informal learning at Nick.com, cité par Rennie & Mason.)

Traduction (difficile, ne serait-ce que parce que « learning » signifie le fait d’apprendre en général, aussi bien « apprentissage » qu' »étude » – la différence entre les 2 notions en français me semble d’ailleurs significative et indiquer que notre langue n’est pas si abstraite et cartésienne qu’on le dit et sait aussi jouer de la connotation) après le saut ->

Apprendre à partir de sites web et de groupes de discussion en ligne est très différent de l’orientation de cours formels, où l’accent est mis sur la progressivité, étape par étape, au cas où la matière apprise deviendrait nécessaire plus tard ou pour un examen. Par contraste l’apprentissage informel se fait au moment où on en a besoin et dans la quantité nécessaire à un usage immédiat.

(Mason, R. & Rennie, F., Using web 2.0 for learning in the community, The Internet and Higher Education (2007), doi: 10.1016/j.iheduc.2007.06.003)

On peut se demander s’il y a un apprendre « réel » avec les technologies du Web 2.0, on peut philosopher sur la valeur de l’apprendre informel vis-à-vis de l’enseignement formel, on peut vanter les vertus de la « sagesse collective » mais à la fin… rien de cela ne compte. Ce qui compte, c’est que les gamins sont déjà en train d’utiliser les technologies du Web 2.0 à l’aise et efficacement. Si nous, les vieux (plus de 30 ans) n’imaginons pas comment utiliser efficacement ces outils pour aider la jeune génération à apprendre ce dont ils ont besoin pour réussir dans nos entreprises gérées par les babby-boomers, dans nos agences gouvernementales et autres grandes organisations alors nous, les gens de la formation et du développement, nous deviendrons obsolètes. Donner à ces gamers des cours traditionnels ne règlera pas le problème, ni non plus notre format QCM de module d’e-learning.

(Kapp, K (2006) Gadgets, games and gizmos: Informal learning at Nick.com, cité par Rennie & Mason.)



No Responses Yet to “Informal learning”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s