Suicide du bibliothécaire

03Juin07

Non, le billet n’est pas pour annoncer l’arrêt de ce blogue (le premier bibliogue français, jusqu’à plus ample informé!) mais pour introduire un extrait de Thomas Bernhardt:

A la bibliothèque universitaire de Salzbourg, le bibliothécaire s’est pendu au lustre de la grande salle de lecture parce que – ainsi qu’il l’a écrit sur un billet qu’il a laissé – il ne pouvait plus supporter, après vingt-deux ans de service, de classer des livres et de prêter des livres qui ne sont écrits que pour causer des malheurs, et, par là, il entendait tous les livres jamais écrits. Cela m’a fait penser au frère de mon grand-père, qui était garde-chasse à Altentann, près de Henndorf, et qui s’est tué d’un coup de fusil au sommet du Zifanken, parce qu’il ne pouvait plus supporter le malheur des hommes. Lui aussi avait noté cette conclusion sur un billet qu’il avait laissé.

Lui-même mis ici pour inciter le lecteur à lire le long billet de François Bon, de la difficulté d’éditer les grands auteurs, qui compare les différentes collections dédiées à l’édition complète ou massive des oeuvres des grands auteurs (Pléiade, Quarto). Si le lecteur a, depuis des années, du mal à supporter de classer et de prêter ses propres collections de livres, il y reconnaîtra certaines de ses préoccupations.



No Responses Yet to “Suicide du bibliothécaire”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s