A propos des contrats Google Books (bibliothécaires et négociation)

03Sep06

Olivier Ertzscheid a publié mercredi sur Affordance, en réaction à l’annonce de la mise à disposition de pdf sur Google Books, un long et énergique billet analysant les contrats liant Google à deux universités partenaires. Le billet a déclenché une série impressionnante de commentaires (avec plusieurs réponses d’Olivier), vigoureux eux aussi (limite pétage de plombs par moments). C’est la rentrée!
Le point principal, me semble-t-il, est la constatation de l’asymétrie constatée entre les Universités et Google quant à l’usage des copies digitales. Dans la mesure où les parties ne sont pas symétriques, cette asymétrie n’est pas en soi anormale. On peut estimer que les bibliothécaires auraient pu obtenir plus, une liberté d’utilisation plus grande des copies produites par Google mais, sans avoir pris part à la négociation, il est difficile de juger de son résultat (Olivier lie sur un billet très détaillé analysant les différences entre les contrats Google de l’Université du Michigan et de l’Université de Californie). Soupçonner les bibliothécaires américains de participer à un « eugénisme documentaire » qui les condamnerait est difficile lorsqu’on connait le professionnalisme et la conscience civique et professionnelle desdits (voir leur réaction au Patriot Act).

En tous cas, ce qui apparaît, c’est la nécessité pour les bibliothécaires, français en particulier, d’acquérir une véritable culture de la négociation. A en juger par nombre de commentaires au billet d’Olivier (en gros: la réponse aux initiatives de Google doit être une mobilisation à même hauteur de moyens publics), c’est pas gagné!

Deux autres réactions à l’annonce Google Books:

– le billet de Peter Suber qui analyse la nouvelle du point de vue de l’Open Access et qui, après avoir apprécié l’avancée, souligne la limitation principale, à savoir que le pdf déchargeable est en mode image seule (ie que Google garde l’OCR).

– le billet de Jean-Michel Salaün qui replace la nouvelle dans son contexte économique et fonctionnel (avec un commentaire très intéressant de Pierre Schweitzer: 3 fonctions distinctes derrière GB: recherche de livre, recherche dans un livre, fourniture d’une copie pour la lecture). J’en extrais la conclusion:

la notion de collections (d’objets individuels reliés par un ou plusieurs éléments communs) adaptées à tel ou tel besoin, à telle ou telle communauté garde toute sa pertinence, mais il s’agit de collections virtuelles dont la matérialisation se trouvent dans les métadonnées construites automatiquement et manuellement.

où je trouve formulé avec une concision qui m’a manqué ce que j’essayais de dire lors de mon intervention au congrès de l’ABF (propositions 2 et 3).



3 Responses to “A propos des contrats Google Books (bibliothécaires et négociation)”

  1. Salut Michel,
    Petite précision d’importance : je ne soupçonne en aucun cas les bibliothécaires de participer à un « eugénisme documentaire » mais à l’inverse, j’indique que je soupçonne Google de mettre en place une forme d’eugénisme documentaire. Ce qui n’est pas la même chose🙂
    Amitiés
    Olivier

    Salut Olivier, les bibliothécaires (ou leurs universités) les ont tout de même signé ces contrats où tu reconnais la mise en place d’un « eugénisme documentaire ». Alors si « participer » est trop fort, je pourrais corriger en « concourir », voire « accepter »… Ce qui ne change rien au fond: ni l’UM, ni l’UC n’étaient obligées de signer avec Google. (Donc je maintiens ;-))
    Leur faiblesse dans une négociation avec Google serait d’avoir négocié séparément. C’est cohérent avec le système américain mais s’agissant d’un patrimoine public (à interprêter ainsi « domaine public »), il n’était pas inenvisageable, même dans un cadre libéral, de coordonner la négociation, sur le modèle de ce qui se fait en face des éditeurs scientifiques dans le cadre du mouvement « Open Access ». Je pense que c’est ainsi qu’en France nous aurions dû réagir à l’initiative de Google, en réclamant par ex. quelque chose comme la récupération de la copie numérique après un temps déterminé (barrière mobile).
    Bonne rentrée! Michel

  2. 2 Mercure

    lien vers affordance : plutôt http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2006/08/contrat_califor.html
    non ?

    Très juste! J’étais distrait. J’ai corrigé. Merci.
    MRG


  1. 1 Pas de trève des confiseurs pour Google-books « bibliothécaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s